Metz, vue par Caroline Semin

Salut Caroline, peux-tu nous dire qui tu es en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Caroline, j’ai 29 ans, et je suis messine. Je travaille chez Semin, groupe industriel français familial spécialisé dans la fabrication de matériaux de construction pour le bâtiment. J’occupe le poste de Directrice Générale au sein du groupe. Notre entreprise regroupe 750 collaborateurs pour près de 170 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le siège social de Semin est historiquement basé en Lorraine depuis 1838. J’ai la chance et la fierté de représenter la 6e génération !

L’innovation fait partie de notre ADN, notre mission est de développer des solutions de qualité pour la construction et la rénovation intérieure de l’habitat.

Quelle est la journée type de la CEO d’une entreprise à ancrage local et portée internationale ? 

Je peux vous décrire ma journée de samedi idéale à Metz car il y de beaux exemples d’entrepreneurs et de savoir-faire locaux 😉 Je démarre par un petit café en bas de chez moi au Piaf, chez Mumu et JD (sans oublier Lucky, leur chihuahua, le gardien des lieux 😜), plateau petit-déj en terrasse avec la baguette tradition provenant de la boulangerie Fort, une confiture maison, sans oublier le camembert à l’ail des ours qui va bien avec de chez Jonathan, le fromager juste en face. Je vais faire un tour au marché, puis déguster des pâtes maison à la Casa Ricci (un régal !). Vers 18 heures, avec mon chien, je vais me promener le long de la Moselle, au plan d’eau, juste avant de partir dîner à l’Authentique, une de mes adresses favorites sur Metz !

Côté professionnel, voici ma journée de demain, toujours en Lorraine : réunion le matin avec l’équipe R&D basée au siège à Kédange sur Canner, pour travailler sur le développement d’un nouveau produit. Déjeuner avec les équipes, puis visite de notre nouvelle ligne de conditionnement à l’usine. Nous sommes très fiers de cette unité de production locale car c’est notre usine historique, nichée en plein cœur du village. Ensuite, réunion avec l’architecte pour avancer sur les plans du nouveau laboratoire R&D et des nouveaux bureaux (extension du siège de plus de 1000 m2). Et pour terminer la journée, dîner avec un client à la Brasserie Flo, pour échanger sur des axes de développement, autour d’un plateau de fruits de mer.

Est-ce que le Covid a changé tes habitudes de consommation ?

Oui, mais pour mieux les renforcer. J’étais assez sensible à la philosophie de consommer local, mais cette fibre s’est accentuée encore plus depuis l’arrivée du Covid-19. J’ai besoin de me sentir proche des commerçants de ma ville.

Je fais plus attention aux origines des produits. Un exemple : j’ai dû récemment commander des masques pour nos collaborateurs, et j’ai bien fait attention à ce qu’ils soient fabriqués en France pour réduire l’empreinte carbone et favoriser l’économie de notre pays. Même démarche pour la composition des produits : la dernière montre Swatch que je me suis achetée à l’aéroport ne comporte plus de plastique et est fabriquée à partir de grain de ricin !

J’admets que le digital est primordial pour moi car il me permet de gagner du temps : je surfe, je prends les infos, je passe commande  et j’ai juste à me déplacer en boutique pour récupérer ma commande ! Je suis convaincu que le phygital couplé au commerce de proximité est un modèle prometteur pour l’avenir. C’est d’ailleurs ce qui fait la force du concept Yabe.

Team achat local ou team achat en ligne ?

Local à 100%… Mais l’achat en ligne m’aide à gagner en efficacité, tout en achetant à côté de chez moi.

Que dirais-tu pour encourager le plus grand nombre à avoir une consommation locale ?

Je dirais à chacun de regarder plus loin que le critère prix : derrière un produit fabriqué ou acheté localement, il y a une économie qui tourne, un engagement solidaire, un circuit de consommation court. Faire ses achats doit nous faire réfléchir sur ses sujets. Arrêtons d’acheter des produits fabriqués à l’autre bout du monde, dans des conditions que l’on ne connaît pas, si ces mêmes produits sont disponibles et fabriqués à côté de chez nous. Dans cette idée, j’invite d’ailleurs les Yabers à suivre la nouvelle ligne de vêtements Lacoste qui sera fabriquée à Troyes (dans l’Aube) à partir de chanvre 😉

Ton commerce messin préféré ?

Dur dur de n’en retenir qu’un seul… Je dirais le Fromager du Grand Cerf ! Jonathan, ancien footballeur s’est reconverti et est devenu fromager, un super challenge ! Les équipes sont au top, toujours souriantes, de bon conseils et bosseurs. Enfin les fromages sont excellents et affinés dans la cave en face de chez moi. Je vous recommande le plateau de raclette pour les soirées entre potes ! 😃

Que penses-tu d’une initiative comme Yabe ?

J’aime la synergie qui s’articule autour de Yabe : favoriser le commerce physique tout en utilisant le digital.

C’est un concept pertinent parce qu’il permet d’attirer tous les publics : on va au-delà de la simple marketplace et on a une appli qui est super simple et humaine qui enclenche une discussion avec les commerçants.

Yabe m’a été très utile pour mes cadeaux de Noël dernier : j’avais peu de temps et m’y suis prise en last minute, mais je savais précisément ce que je voulais. En quelques clics j’ai réservé ce dont j’avais besoin en ligne tout en gardant le contact direct avec le commerçant et la possibilité de voir, toucher, sentir le produit en magasin.

Semin et Yabe ont une valeur en commun, le changement. Pourquoi elle te tient à cœur ?

J’ai repris les rênes de l’entreprise il y a 4 ans, au côté de mon père. Après une phase d’observation, j’ai créé un projet d’entreprise, avec tous les collaborateurs, afin de déterminer notre vision et ce qu’on voulait être à 5 ans. Il a fallu projeter et embarquer tout le monde dans cette action. Et c’est finalement ça la conduite du changement : donner du sens, responsabiliser, fixer des objectifs ambitieux (mais réalistes), permettre une organisation agile… Je retrouve ce changement chez Yabe : on parle de consommation locale (on sensibilise) mais, surtout, on pousse chacun à agir et à devenir consomacteur. 😉

Si comme Semin et Yabe, vous souhaitez soutenir le commerce local, rejoignez la communauté Yabe ici !